Cedrus libani

Le cèdre du Liban est certainement mon arbre favori. Le port, d’abord pyramidal du cèdre jeune, devient déployé avec l’âge. Ses branches basses deviennent presque horizontales et fréquemment imposantes, voire aussi grosses que les ramifications du tronc.

Rien qu’à se trouver à ses pieds et lever la tête, le vertige vous prend. Son feuillage en plateaux caractéristiques lui donne une silhouette si particulière qu’elle se découpe à merveille sur l’horizon.

Le cèdre du Liban peut s’élever jusque 42 m environ.

Certains cèdres du Liban semblent exister depuis plus de mille ans (deux cèdres au Liban auraient même… 3000 ans !).

 

Coté Histoire

Lamartine, poète et homme d’esprit, émerveillé par les cèdres du Liban eut ces paroles : « les cèdres du Liban sont les reliques des siècles et de la nature, les monuments naturels les plus célèbres de l’univers. Ils savent l’histoire de la terre, mieux que l’histoire elle-même. »

Il a lui-même visité l’une des 2 forêts du Liban encore existante de nos jours, la « forêt de Dieu » en compagnie de sa fille.

La légende veut que le dieu égyptien Osiris ait été enfermé dans un coffre en bois de cèdre par son frère Seth. Il était jaloux de son prestige et jeta le coffre dans le Nil. Isis, son épouse, aurait retrouvé le cercueil à Byblos, en Phénicie, que le roi avait utilisé comme pilier pour supporter le toit de son palais.

 

Retour les Arbres du Volvestre